L’essor du travail intérimaire : un symptôme de changement social ?

Thèse de doctorat de sociologie réalisée sous la direction de Jean-Pierre Durand (professeur des Universités, Centre Pierre Naville, Université d’Évry Val d’Essonne) soutenue en décembre 2003.

Résumé

Qu’est-ce que la situation des intérimaires apprend sur les changements sociaux ? Pourquoi les firmes recourent-elles au travail temporaire (TT) ? Quel est le jeu des entreprises de TT dans cette évolution ? Comment les salariés en intérim vivent-ils leur situation ?

À côté d’éléments statistiques et biographiques, la réponse à ces questions s’appuie sur une enquête et de nombreux entretiens notamment avec des intérimaires et des salariés des agences en reliant parcours individuels et évolution du système d’emploi. L’essor du TT est emblématique de la flexibilisation et de la précarisation de l’emploi. Ces mutations du système d’emploi sont liées de façon systémique avec les transformations du système productif, la modification des normes d’intégration, et l’évolution du système de valeurs.

Le TT illustre les contradictions et les tensions que recèle le système d’emploi et qui sont génératrices d’une crise sociale latente qui pose question sur le devenir du changement social en cours.

Mots clés :

Intérim, intérimaires, travail temporaire, entreprises de travail temporaire, système d’emploi, système productif, système de valeurs, changement social, flexibilité, flexibilisation, précarité, précarisation, intégration, normes.