Résumé des communications dans les quatre ateliers

RÉSUMÉ DES COMMUNICATIONS PRÉSENTÉES DANS LES ATELIERS

Atelier 1 : Questions autour de la gouvernance des stages (Jeudi 17 juin 14h45-16h30)

« Qu’est-ce qu’un stage ? De l’unité ou la diversité du régime juridique des stages en droit public et en droit privé. »

Auteur : Vincent de BRIANT Largotec, Université de Paris-Est Créteil,

Résumé. Le stage correspond historiquement à deux réalités, mais qui peuvent parfois se confondre : soit il s’agit d’une période de formation, soit il s’agit d’une période de probation accomplie dans les deux cas en vue d’accéder au « monde du travail » au moyen le plus souvent d’une « confrontation » directe avec lui. Il résulte de cette double nature du stage des incertitudes ou des ambigüités dont le droit est le reflet dès lors que la notion de « stage » elle-même, quand elle est utilisée, ne semble pas renvoyer à un régime juridique particulier, mais à plusieurs et dont certains ne sont à ce jour qu’en émergence. Mais c’est bien cette émergence qui semble faire sens aujourd’hui juridiquement et donc politiquement, à partir du moment où, en droit public comme en droit privé, elle participe de la construction d’un régime juridique fondé sur quelques principes communs par la suite déclinés en régimes spécifiques, mais qui en définitive le sont de moins en moins. En effet, c’est moins le régime juridique des stages qui importe désormais en droit que celui du stagiaire, qui renvoie de plus en plus, en lui-même, à une catégorie autonome ou spécifique à la fois dans le code de l’éducation, le code de travail et dans le droit de la fonction publique, et dont les caractéristiques communes tendent à l’emporter sur la diversité des situations particulières.

Mots-clés : stage, stagiaire, régime juridique, droit public, droit privé ;

« Alternance et gouvernance, le devenir de la professionnalisation à l’université »

Auteurs : Marina PATROUCHEVA et Emmanuel TRIBY LISEC (EA 2310), laboratoire interuniversitaire en sciences de l’éducation et de la communication, Université de Strasbourg (UdS) - F

Résumé. Cette contribution reprend les éléments de deux recherches concernant les stages dans l’enseignement post-bac, une recherche doctorale en cours et une recherche-intervention achevée, afin de les confronter à la notion de gouvernance et d’apporter quelques éclairages nouveaux sur l’alternance à l’université. Elle comporte deux apports significatifs : l’identification des composantes de la gouvernance des stages et, finalement, la mise au jour de la dimension politique du rapport au savoir contemporain.

Mots-clés : alternance, désinstitutionalisation, dissociation, gouvernance, universitarisation

Abstract. This article is based on the results of two studies with regard to traineeships in higher education : the PhD ongoing study and completed research -intervention in order to confront them with the concept of governance and to give some new clarification about work training programmes at the university. The paper offers two significant contributions : first the identification of traineeship governance components and second the emphasis on the political aspect of the current relation to knowledge.

Keywords : part-time training, governance, dissociation, “désinstitutionalisation", "universitarisation"

« Le stage, un outil de professionnalisation dans les formations en travail social. »

Auteur : Marc FOURDRIGNIER Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Professionnalisations (LERP), Université de Reims Champagne-Ardenne.

Résumé. Dans les formations en travail social, le recours à l’alternance est une pratique historique et ordinaire. Implicitement il va de soi - comme dans beaucoup de dispositifs de formation - que la présence de stages induit ipso facto une pratique d’alternance et par suite que cela génère de la professionnalisation. C’est ce « ça va de soi » que nous voudrions ici interroger, à partir de l’expérience d’accueil des stagiaires dans les formations sociales (formations au travail social en institut spécialisé ou licence professionnelle). D’une autre manière quelles sont les conditions effective de gouvernance qui peuvent rendre possibles les liens évoqués précédemment ? Il est d’autant plus nécessaire de s’intéresser à cette question que la généralisation des référentiels de compétence ne constitue pas en soi un gage d’une meilleure professionnalisation. Les conditions concernent aussi bien la manière de penser et d’organiser le stage que l’accompagnement du stagiaire ou bien encore la relation entre les professionnels concernés (formateur de terrain et formateur de centre de formation).

Mots-Clefs : travail social, alternance partenariale, professionnalisation, compétences, projet.

« La gouvernance du stage à l’épreuve de la position effective du formé. »

Auteur : Souâd ZAOUANI-DENOUX Montpellier 3-SUFCO, CRF CNAM

Résumé. Perçus comme un moyen d’ajustement aux réelles exigences des emplois, les stages en entreprise ont généré de fortes attentes de la part des décideurs, des firmes et des formés. Les uns en escomptent une baisse du chômage et une solution à l’évolution des métiers par une adaptation aux besoins des entreprises, ces dernières en espèrent le développement des compétences professionnelles pour accroître leur compétitivité et leur productivité, les formés, enfin, s’attendent à acquérir les qualités nécessaires leur permettant de devenir des professionnels. Parmi les dispositifs dont la gouvernance est travaillée par cette multiplicité d’attentes, nous avons étudié ceux qui se caractérisent par l’agencement successif et diversifié de moments de formation et de stage en entreprise. L’enjeu déclaré ici par les concepteurs est à la fois la formation à un métier et l’intégration dans l’entreprise. Notre attention se porte sur la manière dont le formé instrumentalise le stage, signifie l’ensemble des opérations qu’il y réalise et sur le sens qu’il donne à l’acte de se former. Les résultats de l’analyse des données recueillies par notre étude auprès de 190 formés engagés dans une formation professionnelle en génie civil, montre que la transmission dans l’espace-temps du stage ne peut plus considérer la signification d’une action professionnelle indépendamment de celle que lui accorde le sujet, dans sa mise en perspective personnelle. Sur la base de connaissances multi référencées, le sujet est bel et bien acteur engagé dans un processus d’intégration/production de connaissances et de compétences à prendre en compte dans la gouvernance des dispositifs.

Mots-clés : formé, stage, gouvernance, formation professionnelle, génie civil.

Atelier 2 : Les stages en actes, retours d’expérience (Jeudi 17 Juin 14h45-16h30)

« Stages en sections industrielles de techniciens supérieurs sous statut scolaire : représentations des enseignants et logiques de mises en œuvre. »

Auteurs : Michaël HUCHETTE et Michaël THIENPONT Université Paris Est Créteil Val de Marne et UMR Sciences Techniques Éducation Formation (ENS de Cachan - INRP) / Lycée René Cassin de Noisiel, académie de Créteil

Résumé. Après un aperçu des dispositifs de stages en entreprise prévus par la législation pour les formations de techniciens supérieurs en lycées, nous recensons dans un premier temps les difficultés rencontrées dans l’organisation des stages dans plusieurs filières d’un même lycée selon le point de vue des enseignants. L’analyse des raisonnements des enseignants permet de faire des hypothèses sur les logiques mises en œuvre et interroge la posture de l’enseignant (organisateur, pédagogue, spécialiste disciplinaire, etc.). Nous caractérisons dans un deuxième temps des divergences au sein d’une même équipe pédagogique d’une section de technicien supérieur « mécanique et automatismes industriels », concernant leur idéal de stage et l’implication qu’a leur connaissance des métiers cibles de cette formation. Différents niveau de pilotage des stages sont identifiés, ainsi que le rôle important de l’évaluation certificative.

Mots clés. Section de technicien supérieur, enseignants, difficultés, mise en œuvre des stages.

Abstract. We do first an outline of the national regulations about training placements for technicians vocational education in the "lycées" in france. Second we count the difficulties of four teachers when they have to organize such training placements. The analysis of their reasoning makes is for us a way to study how they think their role about training placements. Third we characterize the divergences within the same team of five teachers, concerning their ideal of training placement. We study the consequences of their knowledge of the technician job. We identify three management levels of the training placements, and show the important role of assessment.

Key words. Technician vocational education, teachers, difficulties, training placements implementations

« Un stage : trois acteurs. Accueillir un stagiaire »

Auteur : Bénédicte GOUSSAULT SESS Université Paris Est Créteil

Résumé. Un stage implique au moins trois partenaires, trois acteurs en interaction et avec des stratégies, des objectifs et des intérêts différents : 1°Un étudiant cherchant une expérience professionnelle en lien avec ses connaissances. 2°Une institution d’éducation ou de formation mettant en œuvre un projet pédagogique. 3° Une entreprise, (au sens large du terme c’est à dire incluant associations, administrations, et collectivités territoriales) développant des objectifs stratégiques. Nous inscrivant dans la sociologie des organisations, et dans la sociologie de l’expérience nous nous focalisons sur les « entreprises », partenaires de l’université, considérées comme des acteurs : leur expérience, leurs motivations, leurs attentes, leurs objectifs, leurs stratégies dans le contexte des rapports avec l’enseignement supérieur. Et nous focalisons sur les effets des stages dans leurs organisations. Qui sont les commanditaires de stages ? Pourquoi et comment les « commanditaires » accueillent ils des stagiaires ? Quelle différence y a-t-il entre accueillir, accepter et /ou demander un stagiaire !

Mots clés. Organisations, acteur, partenaire, stratégie, objectif.

« Faire face à un stage qui se passe mal : analyse des stratégies d’ajustement des stagiaires. »

Auteur : François GRIMA Université Paris Est Créteil et Reims Management School

Résumé. Le but de ce travail est de répondre à une question : Comment un stagiaire gère-t-il un stage difficile ? A rebours d’une grande partie de la littérature qui fait du stage un moment clé de la structuration des choix professionnels de l’étudiant, cette recherche met en lumière que le stage peut être aussi une expérience délicate, voire questionnant le développement professionnel envisagé par le stagiaire. Ce dernier se trouve confronté à une situation douloureuse tant il est contraint de l’accepter pour valider sa formation qu’il ne l’avait pas anticipée. Pour analyser cette situation, nous mobiliserons un cadre théorique articulant les apports sur le travail identitaire et la résistance. Cette association nous permettra de comprendre à la fois l’adaptation cognitive et comportementale du stagiaire. Elle rend aussi possible la valorisation des liens entre les stratégies d’ajustement et les ressources utilisées. Cette recherche se fonde sur une collecte de données auprès de 43 stagiaires de Master 1 et 2 dans des formations de Sciences Sociales dans diverses universités. L’échantillon fut constitué selon une logique de boule de neige en cherchant à établir une hétérogénéité théorique la plus importante possible sur des variables telles que la formation, le genre, la localisation. L’analyse des données fut thématique. Les résultats font émerger trois grandes stratégies d’ajustement qui variant selon l’intensité de la violence perçue. Avec la première, le stagiaire se perçoit comme confronté à un défi qu’il cherche à relever. Dans la seconde, il tente de relativiser la contrainte alors que dans la dernière il entre dans une logique de loi du talion et tente de renvoyer la violence qui lui est faite avec une intensité décuplée. Au-delà de l’originalité de son approche sur l’étude des stages, cette recherche élargit la validité externe des travaux sur la résistance et le travail identitaire à un contexte jusqu’ici ignoré.

Mots clés : stage, résistance, déclassement, souffrance, travail identitaire.

Atelier 3 : Approches comparatives du stage (Vendredi 18 Juin 11h15-12h45)

« Stratégies de stagiaires : approche comparative entre écoles de commerce, d’ingénieurs et d’universités au niveau master. »

Auteur : Nicole ESCOURROU Paris Ouest Nanterre La Défense. CREF (EA 1589), équipe enseignement supérieur

Résumé. Les pratiques des stages en Master semblent liées à l’insertion professionnelle. L’étude de stratégies d’actions se fait par l’analyse de 240 rapports de stage d’écoles de commerce, d’ingénieurs et d’universités à programme comparable. Avec les concepts de la sociologie du changement et des logiques d’action, de l’approche stratégique, et les principes de rationalités d’actions et de la "Social Cognition", nous étudions les interactions entre stagiaire, institution de formation et entreprise. La méthode MACTOR permet l’analyse des jeux d’acteurs et de leurs convergences vis-à-vis d’objectifs associés au stage. Les résultats identifient la dimension stratégique des stagiaires. Sept différentes stratégies de stagiaires ont été trouvées. Une typologie a pu être dressée sous un angle dynamique, entre l’axe personnel / impersonnel du stage et l’autre lié à l’insertion professionnelle. Cette dimension stratégique du stage montre les pratiques utilisées.

Mots clés : Stage, stratégies, logiques d’action, rapports de stage, insertion professionnelle

Abstract . Internships practices at the master’s level seem to be related to employability. The study of strategies of action is made through the analysis of 240 student’s reports of business schools, engineering schools and universities presenting some close program. Using concepts of sociology of change and logics of action, strategic approach and principles of rationality of actions such as the "Social Cognition", the interactions between student, institution and corporate will be analysed. MACTOR method allows the analysis of actors’ games and their convergence through internship aims. The results identify the strategic dimension of trainees. Seven different strategies of interns have been found. A typology has been proposed with a dynamic perspective, between two dimensions : a personal / impersonal approach of internship and the other related to employability. This strategic dimension of internship shows good practices.

Key words : Internship, strategies, logics of action, internship reports, professional integration

« Le management des stages dans un master d’ingénierie. Aspects de l’évolution des pratiques. »

Auteurs : Catherine COUTURIER, Abdelkarim ZAID, Jean-Christophe NICOLAS Université d’Artois.

Résumé. Cette communication rend compte du dispositif de stage du master « Process Industriels et Innovation » de la Faculté des Sciences Appliquées de Béthune. Après avoir brièvement exploré quelques implications du point de vue de la ‘gouvernance’, un cadre d’analyse est proposé pour rendre compte des propriétés pédagogiques, organisationnelles, institutionnelles et des modalités de régulation du stage en formation concerné ici. En ce sens, le stage est conçu comme faisant partie d’un système de formation en alternance à trois pôles en interaction : le pôle institutionnel (École, Entreprise), le pôle organisationnel (école, entreprise) et le pôle actoriel (stagiaire, formateurs). Cette communication souligne le fait qu’approcher le stage en termes de gouvernance signifie de mettre l’accent sur les dynamiques à l’œuvre entre les trois pôles du dispositif de formation. Elle met aussi en évidence que les modes de gouvernance sont multiples, changeants, éminemment humains et reposent fortement sur l’équipe qui gère le dispositif.

Mots-clés : stages, master en ingénierie, management, pratiques.

Abstract. This paper presents the system of internship implemented for "Industrial Process and Innovation" Master students at the Faculty of Applied Sciences in Béthune. After mentioning a few consequences with regard to the management of these internships, we propose an analysis to report on the pedagogical, organizational and institutional skills involved and the methods used to rule them. Indeed, these internships are part of a sandwich training course with three interactive groups : first the institution (University and Company) second the organization (University and Company) and finally the people concerned (trainers and interns). This paper stresses the fact that approaching internships in terms of management means focusing on the dynamics used between the three groups. It also enhances that the methods of management are multiple, versatile, and strongly based on human relations and mainly rely on the team which manages the system.

Keywords : internships, engineering master, management, practices.

« Les stages à travers une histoire d’écoles et de métiers : exemple de la formation des ingénieurs. »

Auteur : Nadine Dubruc École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne.

Résumé. Nous proposons dans cette communication de reprendre les évolutions du métier d’ingénieur français depuis son apparition, et d’établir des liens avec les modalités de formation à ce métier. Nous nous attarderons ensuite sur les principales mutations à l’œuvre en ce début de XXIème siècle, et verrons comment les écoles existantes s’adaptent ou non. Pour compléter cette approche historique reprenant dans les grandes lignes l’évolution de ce métier, nous nous pencherons sur la place des stages dans le cursus de formation et tenterons d’en percevoir les évolutions. Nous reprendrons diverses études menées soit au sein d’institutions représentatives du métier d’ingénieur, soit à partir de travaux de recherches en sciences sociales.

Mots-clés : Ingénieur, histoire de formations, stage, école d’ingénieurs

Atelier 4 : Stages et politiques publiques (Vendredi 18 Juin 11h15-12h45)

« Un stage formateur : pour qui ? Par quoi ? »

Auteurs : Jean-François METRAL et Paul OLRY EDUTER Recherche, UP Développement professionnel et formation, AgroSup Dijon

Résumé. Dans le système éducatif, les stages jalonnent le parcours des étudiants et constituent un allant de soi au principe qu’ils favoriseraient l’autonomie et la professionnalisation des stagiaires (Bourdoncle, 1993 ; Wittorski, 2007). S’inscrivant dans une forme de représentation sociale qui veut que le travail soit formateur (« c’est là que l’on apprend son métier ») et permette un certain nombre d’apprentissages incompatibles avec la forme scolaire, les stages sont rarement mis en question en ce qui concerne leur productivité en terme d’apprentissages. Cette communication interroge cette conception au travers de l’analyse des productions langagières et écrites d’étudiants en stage au niveau BTS et Master 2. Par delà ses aspects organisationnels, l’objet de la gouvernance des stages est également de participer des apprentissages effectifs des étudiants en rendant productifs les écarts entre les espaces de formation et de production.

Mots-clés : stage, activité, travail, gouvernance, communauté d’apprentissage.

Abstract. As an evidence, practice times are organised during the learning course of the students. The aim of these times is to prepare at the job and also to test the self-directed learning of each of them (Bourdoncle, 1993 ; Wittorski, 2007). Everyone consider that work is an opportunity to learn, but in the same time, most of the teachers don’t know really things about the everyday work. School knowledge seems less useful, full of theory, rather than the practice one. Firm managers and firm workers don’t know what to do with theses differences. The topic of the paper is the crossing between organisational constraints and learning targets under the term of governance. This paper studies the design of the governance of the training, through two training courses, which significantly take in consideration with some differences the place, the role, the learning results of this working time.

Key words : stage, activity, governance, learning community

« Un stage en entreprise en formation d’enseignants ? »

Auteurs : Michaël Huchette et Jean-Michel Mallard Université Paris Est Créteil Val de Marne, IUFM et UMR STEF (ENS Cachan/INRP) /

Résumé. Nous dressons d’abord un panorama des formes de stages en entreprise successivement prescrites dans l’histoire de la formation des enseignants du secondaire professionnel en France et nous montrons l’évolution des objectifs qui sont donnés à ces stages lors de la publication en 2006 du cahier des charges de la formation initiale des enseignants en IUFM. Les nouveaux objectifs sont centrés sur le développement de compétences des enseignants à préparer, suivre et exploiter les stages en entreprise de leurs élèves. Nous décrivons ensuite la mise en œuvre locale des stages en entreprise en formation initiale des enseignants à L’IUFM de l’académie de Créteil, sur le site de Saint-Denis, depuis septembre 2007. Enfin nous questionnons la pertinence de ce dispositif de formation à partir de l’analyse des projets de stage rédigés par 73 enseignants stagiaires de la promotion 2009-2010, en dégageant les postures prises par les stagiaires dans leur relation à l’entreprise.

Mots clés : formation des enseignants, posture, relation à l’entreprise, individualisation de la formation

Abstract. We first describe the different kind of in-company placements in the history of teachers training for the vocational secondary in France. We show the evolution of the objectives which are given to these training placement in 2006 in the initial training of the teachers. New objectives are centered on the development of competences of the teachers to prepare, follow and exploit in-company trainings of their pupils. We describe then the local implementation of in-company trainings at the IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) of Creteil since September 2007. Finally we evaluate the relevance of it starting from the analysis of the projects written by trainees, by releasing their “postures” in their relation with the company.

Key words : teachers training, posture, relation with the company, individualization of the formation

« Le site qualifiant, une modalité de la gouvernance des stages dans le travail social. »

Auteur : Marc FOURDRIGNIER Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Professionnalisations (LERP), Université de Reims Champagne-Ardenne.

Résumé. Dans les formations au travail social le recours au stage est une pratique très ancienne que l’on a vu apparaître dès le début du XX° siècle. De plus ce recours est massif car il recouvre la moitié du temps total de formation (formation supérieure de 3 ans). Celle-ci est sanctionnée par un diplôme d’État. De ce fait l’État est très interventionniste dans ce secteur, notamment pour les stages. Outre la présentation de ce contexte particulier, la communication se centre sur l’introduction dans tous ces diplômes, qui ont été réformés ces dernières années, de la notion de site qualifiant. Dorénavant un terrain professionnel doit pour accueillir un stagiaire avoir défini un projet et conclu une convention de site qualifiant avec l’organisme de formation concerné. Cette innovation a un double volet : elle est à la fois réglementaire et relève de la régulation administrative dans le cadre d’une politique publique mais elle est aussi partenariale - dans le meilleur des cas - parce qu’elle va nécessiter que deux organisations, dans le cadre de leur propre gouvernance, trouve des intérêts communs à collaborer et des accords sur le contenu de leur collaboration. L’analyse de la confrontation d’une régulation administrative et d’une régulation économique (offre/demande) constitue l’un des intérêts de cette situation. Il s’agira aussi de voir comment cette modalité pose un certain nombre de questions dans sa mise en œuvre.

Mots-Clefs : Site qualifiant, partenariat, diplôme d’État, régulation, travail social.